News²'s night out on the town...

Hommage à Laurent Cantet

Cette année, le Festival International du Film de La Rochelle rend hommage à Laurent Cantet, réalisateur et scénariste deux-sévrien lauréat de la Palme d'Or en 2008 pour son film phénomène Entre les murs. C'est aussi l'occasion de s'offrir un visionnage de l'intégralité de son oeuvre, à commencer par son premier long-métrage, Ressources humaines, un drame social sur le transfuge de classe. 

Un film sur la honte

Frank (Jalil Lespert), jeune diplômé d'une école de commerce à Paris, décide de faire son stage de fin d'études à la Direction des Ressources Humaines de l'usine métallurgique de sa ville natale en Normandie. Son père y travaille depuis 30 ans comme ouvrier à la chaîne et sa sœur depuis moins longtemps sur un poste similaire. 

 

Frank est ce que l'on appelle en sociologie "un transfuge de classe", c'est-à-dire "celui qui est né dans un milieu social et qui vit adulte dans un tout autre milieu social" (Bernard Lahire, interview sur le site Nathan Université  à propos de L'Homme pluriel : Les ressorts de l'action, Nathan, coll. "Essais & Recherches".) Ce n'est donc pas par hasard que Frank, issu d'un milieu ouvrier précaire, a choisi comme sujet de recherche "l'application des 35 heures" mises en place en 2000 par le gouvernement Jospin, soit l'année suivant la sortie du film. S'il pense que ce projet de loi est une avancée considérable pour les droits sociaux des ouvriers, il va devoir se confronter à la pensée de ce nouveau milieu social auquel il appartient tout juste et aux préoccupations des ouvriers désabusés qu'il ne comprend plus guère, lui qui n'a jamais travaillé véritablement à l'usine et déjeune à la table des cadres. Rapidement son travail sera instrumentalisé par la direction pour couvrir un nouveau plan de licenciement. 

 

Ressources humaines est un film bouleversant sur ces transfuges de classe en mal-être, aux valeurs contradictoires, navigants entre la soif de réussite et la fidélité au milieu social dont ils sont issus. Un film sur la honte que l'on porte d'être un enfant d'ouvrier sur les bancs des écoles de commerce, cette honte intégrée qui amène les ouvriers à baisser la tête, à accepter l'inacceptable...  

Frank à son père - Tu as réussi. Ton fils est du côté des patrons. Je ne serai jamais ouvrier. J'aurai un travail intéressant, je gagnerai de l'argent, j'aurai des responsabilités, j'aurai le pouvoir ! Le pouvoir de te parler comme je te parle maintenant, le pouvoir de te virer si je veux comme on te vire maintenant. Mais ta honte... ta honte tu me l'a foutue là ! Je l'aurai toute ma vie, ta honte."

Un témoignage de l'air du temps

Ressources humaines étonne également par sa mise en scène. Peu de narrations, de longs plans de caméras, des silences, le bruit métallique des machines couvrant les discussions dans l'atelier, celui des doigts plus anarchiques sur un clavier d'ordinateur. La simplicité du jeu des acteurs.trices, le réalisme des scènes comme celle des négociations avec les syndicats confère une dimension documentariste au film. 

 

L'objectif n'est pas de montrer les méchants d'un côté et les gentils de l'autre non plus, ainsi, pas de misérabilisme, seulement des tranches de réel et l'histoire d'un drame social, d'un conflit père-fils ancré dans les enjeux sociaux d'un nouveau millénaire.

 

Ressources humaines se veut, plus qu'une critique du patronat, une interrogation sur la place de l'humain dans son monde, sur la désillusion du monde de l'entreprise, la soumission de la classe ouvrière, la mise en place d'une nouvelle forme de management, un appel à la lutte individuelle et collective. Un film à voir et qui laisse le spectateur partir et rentrer en lui-même avec comme fardeau une question : et toi, elle est où ta place ?

 

Sonia Carré

Ressources humaines, France - 1999 - couleur - 1h40. Réalisateur : Laurent Cantet. Scénario : Laurent Cantet et Gilles Marchand. Montage : Robin Campillo. Interprètes : Jalil Lespert

(Frank), Jean-Claude Vallod (le père), Chantal Barré (la mère), Véronique de Pandelaère

(Sylvie), Michel Begnez (Olivier)

Filmographie de Laurent Cantet : 

 

  • Tous à la manif (1994, cm)
  • Jeux de plage (1995, cm)
  • Les Sanguinaires (1998)
  • Ressources humaines (1999)
  • L'Emploi du temps (2001)
  • Vers le sud (2005)
  • Entre les murs (2008)
  • Foxfire, confessions d'un gang de filles (2013)
  • Retour à Itaque (2014)
  • L'Atelier (2017) 

Au Festival International du Film de La Rochelle 

 

Rencontre avec Laurent Cantet (entrée libre) : vendredi 7 juillet à 16h15, théâtre Verdière